Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Climat, énergie, aménagement, logement

St Congard : un dispositif mis en place dans les parcs éoliens pour sauver les chauves-souris

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 27 novembre 2020

Situé dans une zone à risque pour les chiroptères, le parc de St Congard dans le Morbihan, expérimente un nouveau dispositif pour préserver cette espèce en voie de disparition.

Le site de Saint-Congard
Le site de Saint-Congard
Arnaud Hellegouarch - Préfecture du Morbihan

Depuis plusieurs années déjà, les éoliennes du parc de Congard fonctionnent avec bridage durant les périodes d’activité des chiroptères. Il s’agit de mettre en arrêt les éoliennes ou de réduire la rotation des pales afin de réduire le risque de mortalité pour cette espèce protégée.
Ces périodes sont affinées grâce aux différentes études menées sur l’impact environnemental des éoliennes terrestres. Ainsi, les experts savent sous quelles conditions météorologiques les chiroptères volent pour ne plus faire tourner les éoliennes. Un travail de longue haleine pour l’association Amikiro, qui s’occupe du suivi des études sur le parc de Congard, puisqu’il nécessite de mesurer l’activité des chauves souris sur le secteur et le suivi des mortalités.

Visite préfectorale dans le Morbihan sur le thème de la préservation des chiroptères Saint-Congard
Visite préfectorale dans le Morbihan sur le thème de la préservation des chiroptères Saint-Congard
Arnaud Hellegouarch - Préfecture du Morbihan

Un nouveau dispositif de bridage automatisé

La société BayWa r.e., qui exploite les quatre éoliennes du parc depuis 2014, a décidé de tester un nouvel outil : Probat. Patrice Faure, préfet du Morbihan, et Didier Hurtebize, maire de Saint-Congard, se sont rendus sur place mardi 29 septembre pour le découvrir. Ce dispositif de bridage automatisé, mis en œuvre par la société Sens Of Life, est composé de microphones placées dans la nacelle de l’éolienne et de capteurs infrarouges. ProBat enregistre les ultrasons émis par les chauves-souris et les analyses en direct en vue de la régulation des machines par mesure en temps réel et analyse prédictive de l’activité des chiroptères.
L’objectif est d’obtenir une réduction importante de la mortalité des chiroptères, tout en limitant la fréquence et la durée des arrêts de l’éolienne pour préserver au mieux la production d’électricité.

Si les tests s’avèrent concluant, ce dispositif pourrait être adopté par d’autres exploitants.