Écophyto II+ : état des lieux 2020 sur l’utilisation des phytosanitaires pour l’entretien des routes par la DIRO

La division eau du Service Patrimoine Nature de la DREAL réalise un suivi de la feuille de route EcophytoII+, pour la partie non agricole. Dans ce cadre, elle réalise un état des lieux de la consommation des produits phytosanitaires par la DIRO. Vous trouverez ci-dessous l’évolution de la consommation de ces produits ainsi que l’évolution des pratiques pour l’entretien de nos routes dans l’Ouest (en Bretagne, en Mayenne et en Loire Atlantique) sur la période 2013 à 2020.

La Loi Labbé entrée en vigueur le 01/01/2017 interdit l’emploi des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des voiries accessibles au public.

Le texte prévoit néanmoins des exceptions, limitées aux « zones étroites ou difficiles d’accès, telles que les bretelles, échangeurs, terre-pleins centraux et ouvrages », pour lesquelles l’interdiction des produits phytopharmaceutiques ne peut être envisagée pour des raisons de sécurité des personnels et des usagers, ou de sujétions disproportionnées sur l’exploitation routière.

Par ailleurs l’emploi de produits phytosanitaires de biocontrôle, à faible risque ou autorisés en agriculture biologique reste autorisé.

L’évolution des pratiques à la DIRO a précédé l’évolution réglementaire puisque dès 2014 la consommation de produits phytosanitaires n’a cessé de diminuer jusque atteindre aujourd’hui 20 l/an

DREAL Bretagne

Télécharger les données du graphique au format :  csv  xls

Consommation de produits phytosanitaires pour l’ entretien des routes nationales non concédées 2013 à 2020
Consommation de produits phytosanitaires Total France(Kg) Consommation de produits phytosanitaires DIROuest (Kg)
2013 4 688 1 236
2014 2 600 665
2015 1 375 233
2016 910 168
2017 560 166
2018 325 12
2019 302 10
2020 25 3
Sur les 27 Centre d’Exploitation et d’Interventions de la DIRO, seuls 2 ont encore utilisé des produits phytosanitaires en 2020 (demande de dérogation obligatoire pour les utiliser).

DREAL Bretagne

Télécharger les données du graphique au format :  csv  xls

Évolution du nombre de CEI O Phyto entre 2013 et 2020 au niveau national et au niveau de la DIRO
CEI 0 phytos FranceCEI 0 phytos DIROCEI FranceCEI DIRO
2013 129 10 220 27
2014 155 12 220 27
2015 169 20 220 27
2016 189 22 220 27
2017 194 24 220 27
2018 198 23 220 27
2019 203 26 220 27
2020 204 27 214 27
Le développement des « techniques alternatives aux produits phytosanitaires » a permis à la DIRO de s’affranchir de l’utilisation de presque tous les types de produits phytosanitaires sauf d’une catégorie : les dévitalisants. Il s’agit d’un produit de biocontrôle (acide pélargonique) encore utilisé pour certains végétaux spécifiques comme les ligneux difficiles d’accès ou encore présents sur des ouvrages spécifiques (tunnels ponts où une intervention mécanique pourrait fragiliser la structure) ou pour ne pas mettre les agents en danger sur des zones très accidentogènes.

DREAL Bretagne

Télécharger les données du graphique au format :  csv  xls

Quantité de produits phytosanitairesutilisés par la DIRO par type d’action produit
20142020
Débrouissaillant 58.75 0
Désherbant 595.62 0
Déserbhant total 11.8 0
Dévitalisant 0 3
Parmi ces techniques, on peut citer :
  • mise en place de fauchage raisonné pour les espaces végétalisés avec des herbacés,
  • opération de minéralisation de terre-plein central difficile d’accès,
  • expérimentation du désherbage thermique,
  • export des végétaux issus de la fauche.

La lutte contre les plantes envahissantes se fait par différentes méthodes selon les espèces : broyage mécanique, arrachage mécanique, bâchage…

Toutes les opérations de fauche ou de taille se font avec du matériel adapté et en respectant les périodes pour respecter la réglementation de protection des espèces.

Pour la mise en œuvre de ces techniques, des investissements ont été nécessaires ainsi que de la formation des personnels :

90 000

pour l’acquisition de faucheuses sous glissières et de brosses de désherbages (2018)

520 000

d’opération de minéralisation de terre-plein central (en 2018 cela correspond à une surface de 18000 m²)

Balayeuse
Brosse
Faucheuse sous glissière

À noter que ces changements de pratiques ont eu pour conséquence une augmentation conséquente du temps d’entretien qui s’est trouvé multiplié par trois. À ce temps d’entretien « classique » on rajoute du temps de débroussaillage pour éviter que les incendies se propagent aux massifs forestiers à des moments critiques (réglementation de ces interventions par arrêté préfectoral).

Partager la page

S'abonner

Sur le même sujet