Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Nature, paysages, eau et biodiversité
 

Les habitats naturels et les espèces

Dans ces conditions, à quoi bon protéger la nature ? Cela peut paraître bien secondaire de nos jours. Pourtant, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, les sols que nous cultivons, les poissons et crustacés que nous pêchons, les coquillages et champignons que nous ramassons, le gibier que nous chassons montrent que nous sommes très dépendants de la nature. Bien plus, les progrès de la science eux-mêmes nous prouvent régulièrement qu’elle nous est indispensable. L’aspirine n’est-elle pas née du saule ? N’a-t-on pas récemment découvert un médicament contre des cancers à partir des aiguilles de l’if ? Sans compter les multiples utilisations agroalimentaires ou cosmétiques des algues… Enfin, la beauté et le calme de nos paysages ne sont-ils pas essentiels pour notre équilibre.

Malheureusement, cette nature qui nous est utile, est aussi fragile : pollution de l’eau, que nous ne pouvons parfois plus boire sans risque pour notre santé ; pollution de l’air, qui nous vaut des ennuis respiratoires ; mais aussi disparition discrète de plantes et d’animaux dont nous avons supprimé le milieu de vie, ou dont nous avons dégradé les conditions de vie au point qu’ils ne peuvent survivre.
Or, une plante, un animal qui disparaît, c’est la perte irrémédiable d’une ressource souvent méconnue et dont nous aurions peut-être tiré un jour une molécule pour soigner une maladie aujourd’hui incurable, ou qui nous aurait peut-être nourris si une catastrophe venait faire disparaître de la planète le riz ou la pomme de terre.

NATURA 2000 est la réponse qu’ont apportée les pays européens pour que cesse la disparition des plantes et des animaux sauvages et que se maintienne la biodiversité si nécessaire à notre survie.

Natura 2000, qui repose sur l’idée d’une gestion acceptée et contractuelle des habitats naturels, est un outil essentiel à la mise en place "d’infrastructures vertes". A ce titre, Natura 2000 s’intègre dans la politique d’aménagement durable du territoire, tout comme les infrastructures routières ou ferroviaires.

Qu’est-ce qu’un habitat ?

Un "habitat" est le milieu dans lequel vit ("habite") une plante, un animal, un groupe de plantes ou un groupe d’animaux. Un habitat suppose un "support" physique, le sol ou l’eau, et des "habitants", les plantes et/ou les animaux. En fonction des caractéristiques du support (sols minces ou épais sur calcaire ou sur granit, eaux douces ou salées, eaux calmes ou eaux courantes, froides ou chaudes …) et de l’endroit où il se situe (près de la mer, en montagne, exposé au sud, au nord, à l’ouest … ), les "habitants" seront différents.

Les "habitats naturels"

Les "habitats naturels" sont ceux où l’activité humaine ne s’exerce que faiblement ou épisodiquement. Même si la Bretagne est une région densément peuplée, on constate que les activités s’exercent de façon très inégale sur le territoire : très présentes dans les centres urbains et les zones cultivées, elles sont faibles sur les falaises et les crêtes rocheuses. Dans nos paysages agricoles, les habitats naturels sont plutôt localisés dans les espaces dits "sauvages" , peu ou pas utilisés par l’homme à des fins économiques ou, si c’est le cas, avec de longues périodes de non-intervention (forêt, étang, … ). Certains milieux naturels nécessitent d’ailleurs une gestion adaptée pour que puisse s’y maintenir une diversité maximale (milieux humides en particulier).

Pour en savoir plus, consultez :

Les cahiers d’habitats publiés à la Documentation Française, qui peuvent être commandés ou téléchargés sur le site de l’INPN.

Les habitats terrestres d’intérêt communautaire présents en Bretagne : description élaborée avec le conservatoire national botanique

L’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer) a mis en place un outil sur la connaissance des habitats marins remarquables de Bretagne. Consulter le site.