Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Prévention des pollutions et des risques

Le rôle de la prévision des crues dans la prévention des inondations

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 janvier 2014 (modifié le 31 janvier 2014)

Comment est organisée la vigilance pour les crues ?

En France, ce sont les services de l’État, rattachés au Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, qui assurent la surveillance et la prévision des crues pour un certain nombre de cours d’eau pour lesquels l’importance des enjeux (personnes et biens exposés au danger des inondations) justifie cette intervention.

Le dispositif de vigilance météorologique, localisé par département est complété, depuis 2006, par la diffusion de bulletins d’information dédiés à la vigilance « crues », avec des prévisions associées, accessibles à partir du site internet : www.vigicrues.gouv.fr.

Ce dispositif, opérationnel depuis 2006, mobilise :

  • le service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI). Ce service à compétence nationale, basé géographiquement à Toulouse, valide et coordonne les informations de vigilance mises en ligne sur le site Vigicrues.
  • 20 services de prévision des crues (SPC), répartis sur le territoire métropolitain, rattachés à 16 directions régionales ou interrégionales, coordonnés et appuyés par le SCHAPI. En Bretagne, le service de prévision des crues « Vilaine et côtiers bretons » est rattaché à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) de Bretagne.
  • les unités d’hydrométrie, également rattachées aux directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

La vigilance « crues » a pour objectif de prévenir les autorités et le public qu’il existe un risque de crues dans les 24 heures à venir, plus ou moins important selon la couleur de vigilance (vert, jaune, orange ou rouge). Elle est complémentaire à la vigilance météorologique mise en place par Météo-France.
Les deux vigilances permettent aux autorités locales, notamment les préfets et les maires, ainsi qu’au public, de se mettre en situation de réagir de manière appropriée si le danger se précise, et de gérer les alertes et la situation dans de meilleures conditions.

En Bretagne 10 cours d’eau sont concernés par la vigilance « crues » .

Ils sont représentés par 12 tronçons sur la carte de vigilance (la Vilaine étant découpée en 3 tronçons distincts) :

  • Oust, Vilaine, Ille, Meu, Seiche et Blavet sont des cours d’eau concernés par des crues lentes
  • Laïta, Odet, Aulne, Rivière de Morlaix sont des cours d’eau côtiers, à crues rapides, qui sont également soumis aux influences maritimes.

Comment sont établies les prévisions de crues ?

La prévision des crues s’appuie sur le suivi de données hydrométriques (niveau et débit des cours d’eau) et anticipe l’évolution de la hauteur d’eau au moyen de calculs de simulation complexes, qui intègrent de nombreuses données. Les possibilités d’anticipation sont très variables d’un cours d’eau à l’autre, en fonction des caractéristiques hydrauliques du bassin versant (crue lente, crue rapide par exemple…).

Les niveaux d’eau et les débits des cours d’eau sont observés en temps réel sur un certain nombre de points de mesure. Ces stations de mesure (environ 180 stations hydrométriques en Bretagne dont 95 stations utilisées pour la prévision des crues) récupèrent à l’aide de capteurs immergés dans l’eau des données qui sont ensuite télétransmises de manière automatique (par voie téléphonique) aux services hydrométrie et prévision des crues. Les unités hydrométrie sont en
charge du bon fonctionnement et de la maintenance de ce réseau de mesure.

Ces données de hauteur d’eau « en temps réel » sont visibles sur le site Vigicrues, ainsi que leurs variations au cours des derniers jours et des dernières heures.
Ces données sont donc ensuite intégrées dans un outil de modélisation qui intègre également des données complémentaires : données météorologiques (pluie, vent, niveau marin, coefficients de marée…) et données concernant les mesures d’exploitation des ouvrages hydrauliques, dont les barrages.

C’est donc à partir de l’ensemble de ces données que les prévisionnistes peuvent établir les bulletins de vigilance au niveau régional qui permettent d’établir un niveau de vigilance à chaque point du réseau de surveillance (vert, jaune, orange ou rouge). Sur un tronçon, la couleur de vigilance la plus haute parmi les stations qui le composent, sera retenue pour caractériser la couleur du tronçon.

Le bulletin régional est ensuite transmis au SCHAPI pour validation et pour établir le bulletin de vigilance national.

Les bulletins de vigilance sont émis au minimum 2 fois par jour à 10h et à 16h sur le site Vigicrues.
À partir du niveau jaune de vigilance, ils comprennent des précisions et des informations sur les évolutions prévues pour les 24 heures suivantes.

L’actualisation des bulletins peut être plus fréquente si la situation hydrométrique et météorologique le justifie. La prévision des crues des crues est assurée 7j/7, tout au long de l’année.