Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Prévention des pollutions et des risques

Atlas des aléas littoraux en Bretagne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 août 2020 (modifié le 18 septembre 2020)

L’Atlas des aléas littoraux (érosion et submersion marine) des départements d’Ille-et-Vilaine, des Côtes-d’Armor et du Finistère est le fruit de conventions conclues entre la DREAL Bretagne et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) à partir de novembre 2011. L’Institut universitaire européen de la mer (IUEM) de Plouzané et l’Université de Bretagne occidentale (UBO) de Brest étaient également partenaires. L’étude a formellement pris fin en novembre 2016, mais la majeure partie du travail a été effectuée de 2012 à 2014.
À noter que le Morbihan a fait l’objet, de 2009 à 2015, d’une étude similaire spécifique sous maîtrise d’ouvrage de la direction départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) du Morbihan.
L’étude spécifique consacrée au Morbihan a été complétée de 2017 à 2020 par le BRGM pour le compte de la DREAL Bretagne par une troisième étude intitulée Caractérisation de la géomorphologie du trait de côte, vulnérabilité à l’érosion et inventaire des tempêtes dans le département du Morbihan (56). Ces travaux complémentaires avaient également pour objectif d’exploiter, pour l’ensemble des quatre départements bretons, les informations historiques concernant les dégâts causés par les tempêtes, dont celles particulièrement marquantes de l’hiver 2013-2014.

L’Atlas répond à un double objectif :

  • établir un état des lieux des connaissances disponibles en matière d’érosion côtière et de submersion marine dans les trois départements étudiés ;
  • mettre en évidence les portions du littoral breton les plus menacées par ces deux aléas.

Les travaux ont été menés selon la méthodologie suivante :

  • division du linéaire côtier étudié en treize compartiments, numérotés de C1 à C13, correspondant chacun à un secteur homogène en termes de fonctionnement hydrodynamique ;
  • synthèse de la bibliographie disponible, complétée par des investigations de terrain.
    La méthodologie est expliquée de manière détaillée dans les rapports consacrés aux différents compartiments.

Trois types de documents ont été produits :

  • 10 rapports de synthèse (9 concernant chacun un des compartiments numérotés de C1 à C9 et un autre regroupant les compartiments C10 à C13), comportant de nombreuses cartes ;
  • 26 fiches décrivant chacune une tempête marquante ;
  • une base de données SIG (système d’information géographique) traitant de géomorphologie du trait de côte, de mouvements de terrain, d’érosion côtière, de submersion marine, de dynamique du trait de côte et de dégâts causés par les tempêtes.
    Les deux premiers types de documents sont téléchargeables au moyen des liens situés en bas de page ; les données SIG sont disponibles sur le site Internet de GéoBretagne (https://cms.geobretagne.fr). Pour connaître l’organisation générale de l’Atlas, consulter le schéma décrivant sa structure, téléchargeable via le lien situé en bas de page.

L’Atlas met notamment en évidence :

  • les caractéristiques physiques et hydrodynamiques de chaque compartiment ;
  • le degré de prédisposition des côtes à l’érosion côtière ;
  • un arrière trait de côte, correspondant à la limite au-delà de laquelle le trait de côte ne pourra théoriquement pas reculer ;
  • les zones les plus touchées par les submersions marines ;
  • les grandes tendances à l’œuvre en Bretagne : sur 2 929 km de linéaire total de côtes (dont 397 km, soit 13,6 % du linéaire total de côtes, sont en érosion) :
    • 784 km de côtes artificielles, soit 26,8 % du linéaire total de côtes ;
    • 2 145 km de côtes naturelles, soit 73 % du linéaire total de côtes (dont 397 km, soit 18,5 % du linéaire de côtes naturelles, sont en érosion), dont :
      • 1 629 km de côtes à falaises, soit 55,6 % du linéaire total de côtes (dont 314 km, soit 19,3 % du linéaire de côtes à falaises, sont en érosion) ;
      • 516 km de côtes d’accumulation, soit 17,6 % du linéaire total de côtes (dont 83 km, soit 16,1 % du linéaire de côtes à accumulation, sont en érosion).

Télécharger :

  • Structure (format pdf - 71.1 ko - 03/08/2020)
  • Rapport du compartiment C1 (format pdf - 4.4 Mo - 23/11/2016)
  • Rapport du compartiment C2 (format pdf - 5.8 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 34 s (512 K), 47 s (1024 K), 23 s (2 M), 9 s (5 M).
  • Rapport du compartiment C3 (format pdf - 5.3 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 26 s (512 K), 43 s (1024 K), 21 s (2 M), 8 s (5 M).
  • Rapport du compartiment C4 (format pdf - 4.7 Mo - 23/11/2016)
  • Rapport du compartiment C5 (format pdf - 4.8 Mo - 23/11/2016)
  • Rapport du compartiment C6 (format pdf - 6.1 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 40 s (512 K), 50 s (1024 K), 25 s (2 M), 10 s (5 M).
  • Rapport du compartiment C7 (format pdf - 6.4 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 44 s (512 K), 52 s (1024 K), 26 s (2 M), 10 s (5 M).
  • Rapport du compartiment C8 (format pdf - 5.1 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 22 s (512 K), 41 s (1024 K), 20 s (2 M), 8 s (5 M).
  • Rapport du compartiment C9 (format pdf - 6.4 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 44 s (512 K), 52 s (1024 K), 26 s (2 M), 10 s (5 M).
  • Rapport des compartiments C10 à C13 (format pdf - 21.4 Mo - 03/08/2020)Temps de téléchargement estimé : 5 min 51 s (512 K), 2 min 55 s (1024 K), 1 min 27 s (2 M), 35 s (5 M).
  • Fiches tempêtes (format zip - 59 Mo - 23/11/2016)Temps de téléchargement estimé : 16 min 6 s (512 K), 8 min 3 s (1024 K), 4 min 1 s (2 M), 1 min 36 s (5 M).