Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature, paysages, eau et biodiversité

État des lieux des captages prioritaires en Bretagne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 27 mai 2021

La pérennité de l’accès à l’eau potable est un des axes centraux de la politique de l’eau et c’est dans ce contexte que 56 captages prioritaires ont été identifiés en Bretagne, en tenant compte du risque de dégradation de la qualité de l’eau, des enjeux pesant sur la ressource et des opportunités d’actions (la mauvaise qualité de l’eau générant des coûts de traitement élevés, estimés entre 500 millions d’€ et 1 milliard d’€ par an en France).

Les captages prioritaires comportent 21 captages d’eaux superficielles et 35 captages d’eaux souterraines, répartis de la manière suivante :

NitratesNitrates + PesticidesPesticidesTOTAL
Eaux superficielles Grenelle – contentieux eaux brutes 3 0 1 13
Grenelle hors contentieux eaux brutes 8 1 0
Complément SDAGE 2016-2021 2 1 5 8
Eaux souterraines Grenelle 5 0 0 5
Complément SDAGE 2016-2021 25 5 0 30
Cliquer pour agrandir la carte …
Cliquer pour agrandir la carte …

La protection d’un captage prioritaire se fait en deux étapes successives :

  1. détermination du périmètre de protection et arrêté de déclaration d’utilité publique qui détermine un ensemble de prescriptions
    La première étape consiste à déterminer le périmètre de protection du captage prioritaire. Ce périmètre résulte d’études hydrogéologiques et pédologiques ainsi que de diagnostics territoriaux des pressions des pollutions diffuses.
    Il est encadré par le code de la santé publique et vise une protection de tous les captages.
  2. la mise en œuvre d’un plan d’actions – majoritairement volontaires – sur l’ensemble de l’aire d’alimentation du captage.
    Est ensuite établi un plan d’actions qui a pour but de restaurer la qualité des eaux alimentant le captage prioritaire en luttant contre les pollutions diffuses sur l’ensemble de l’aire d’alimentation.

Cette démarche de protection est principalement mise en œuvre sur les captages prioritaires et encadrée par le code de l’environnement. Elle s’articule en 3 temps :

  • délimitation de l’aire d’alimentation du captage
  • diagnostic des pressions s’exerçant sur cette aire
  • définition des actions visant à retrouver une bonne qualité de l’eau.

L’état d’avancement de la protection de ces captages considérés comme vulnérables et donc, à enjeux pour l’alimentation en eau potable de la Bretagne est disparate selon leur historique.

Plusieurs de ces captages ont en effet fait l’objet d’un contentieux européen au regard des concentrations élevées en nitrates en 2007. Ils ont donc été soumis à des mesures réglementaires visant au plafonnement de l’azote produit avec la signature d’arrêtés de Zone Soumise à Contraintes Environnementales (ZSCE). En 2019, 6 de ces captages sont désormais conformes, l’arrêté a donc été abrogé et le plan d’actions suspendu.

En termes de qualité de l’eau, la concentration en nitrates diminue pour la majorité des captages, constat partagé pour l’ensemble de la Bretagne. Pour les produits phytosanitaires, la situation est hétérogène selon les captages et nécessite un suivi accru pour améliorer le diagnostic afin de mettre en place les mesures adéquates pour la protection de l’eau potable.


Télécharger :