Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Infrastructures, sécurité, transports

RN164 - Aménagement du secteur de Mûr-de-Bretagne (section Caurel-Colmain) - Présentation de l’opération

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 janvier 2016 (modifié le 9 février 2017)

Objectif de l’opération

Participer à l’aménagement de la RN164, qui concourt au désenclavement du Centre Bretagne.
Permettre d’assurer la continuité de l’aménagement de la RN164 entre la déviation de Saint Caradec depuis le lieu dit Colmain à l’est, jusqu’à la déviation de Gouarec - St Gelven à l’ouest (Caurel).

Le contexte

La RN164 reste à élargir sur 11 km dans ce secteur, entre Caurel et Colmain.
La section Caurel Est– Curlan (virages de Toul-Houz) située sur la commune de Mûr-de-Bretagne (4 de ces 11 km), avait fait l’objet d’une Déclaration d’Utilité Publique en 1997. Dans ce cadre, les acquisitions foncières nécessaires avaient été réalisées en 2007-2008, pour une superficie totale de 42ha. Néanmoins aucun financement pour la réalisation des travaux n’a été inscrit et les terrains acquis n’ont ainsi pas reçu dans le délai de 5 ans prévu la destination prévue.
Aucune démarche d’étude n’avait été engagée sur les autres sections adjacentes.
Les actes ayant permis les acquisitions étant caducs, la réglementation ayant fortement évoluée notamment en matière de prise en compte de l’environnement, l’ensemble de la section Caurel-Colmain n’ayant pas fait l’objet d’études complètes, il est devenu nécessaire de relancer des études globales pour bâtir un nouveau projet complet de qualité, qui pourra concerner ou non tout ou partie des terrains acquis antérieurement.
C’est ce qui est en cours depuis 2013.

Plan synoptique de l’opération

Localisation de la zone d’étude

Caractéristiques principales

Située sur les communes de Caurel – Mur de Bretagne – Saint Guen – Saint Caradec, l’opération consiste en l’aménagement de la RN164 à 2 x 2 voies sur un linéaire de 11 km.
Après les deux concertations de 2014 et 2016, l’État a donc décidé de poursuivre les études du projet sur la base de la variante Nord qui présente la réponse la plus équilibrée face aux différents enjeux du secteur.
L’étude d’impact du projet est en cours d’élaboration. A l’issue de la concertation de 2016, une série de points d’approfondissement ou d’ajustement a été listée, notamment : la transparence du projet pour l’activité agricole ainsi que l’organisation des dessertes, la position de l’échangeur Est. Sur ce dernier point, lors du comité de suivi du 18 janvier 2017 a été validé le déplacement de l’échangeur Est qui est ainsi situé sur la RD35 entre Curlan et Le Hent Meur minimisant l’impact agricole et la gêne aux riverains.

Enjeux environnementaux de l’opération  :

Une attention particulière sera portée aux études d’environnement et aux enjeux s’y rapportant : présence de zones humides, continuité des corridors biologiques, protection de la ressource en eau, inventaire des espèces protégées et impact du projet sur ces mêmes espèces. Une étude d’incidence sera réalisée concernant la traversée des sites NATURA 2000 (vallée du Poulancre) et les espèces protégées.

Les principales étapes du projet

Mise en place du comité de suivi : 15 janvier 2013 (voir communiqué de presse du 16 janvier 2013 et la plaquette)
Étude comparative des variantes : 2013/14
Concertation publique : 10 juin - 11 juillet 2014
Décision de mener des études complémentaires, faute de pouvoir trouver un consensus suite à la concertation : février 2015
Études complémentaires : année 2015
Concertation publique complémentaire : début 2016
Étude de la solution retenue : 2016/2017
Mise à l’enquête publique : Avril 2018

Impacts agricoles du projet

Hors mesures compensatoires, le projet impacte environ 50 ha de terres agricoles. Une réunion spécifique d’information tenue le 3 février 2017 a réuni 30 des exploitants agricoles concernés directement ou indirectement par le projet et a permis de leur présenter le projet retenu à l’issue des concertations et travaux menés en comité de suivi, les études à mener pour approfondir l’impact agricole, et l’intérêt à procéder par aménagement foncier agricole et forestier.

Financement du projet

Le montant de l’opération : à consolider, proche de 100 M€
Le financement des études préalables et comparaison des variantes est assurée à parts égales par l’Etat et la Région , dans le cadre du CPER 2015-2020 où 3,65 M€ ont été inscrits pour permettre la réalisation de l’ensemble des études, procédures et acquisitions foncières nécessaires au projet.