Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Infrastructures, sécurité, transports

Passer au vélo : pourquoi et comment ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 novembre 2020

Collectivité, citoyens… découvrez les bénéfices de l’usage du vélo, ainsi que les ressources et aides proposées par l’État pour vous y accompagner.

  Passer au vélo, mais pourquoi ?

10000000000003e8000001fe8478394893fe1fc1-3.png

Un fort potentiel de transfert modal :
60% des trajets effectués en France en temps normal font moins de 5km. Pourtant la voiture individuelle reste le mode de transfert privilégié sur ces trajets courts (65% sur les trajets de 1 à 2 km).


Pertinent pour les déplacements inférieurs à 5 ou 10 km, non-polluant, peu coûteux, accessible à tous et bon pour la santé, le vélo et le vélo à assistance électrique ont de nombreux avantages pour les utilisateurs et la collectivité :

  • la santé : la pratique du vélo permet de prévenir les pathologies comme l’obésité, le diabète ou les maladies coronariennes
  • la transition écologique et énergétique : le vélo offre une alternative pertinente à la voiture pour de nombreux trajets et apporte une contribution à la réduction des émissions de CO2 et de polluants atmosphériques
  • l’attractivité des villes : l’usage du vélo permet de libérer des espaces publics précieux au cœur des villes, améliore la qualité de vie et dynamise le commerce de proximité
  • le moindre coût : le vélo est le moyen de transport mécanisé le plus économique, son coût est très faible, comparé à la voiture
  • la création d’emplois : un tiers des vélos vendus sont assemblés en France
Les avantages du vélo électrique

Quel que soit le type de route, le vélo électrique confère un bon confort. Il atténue les effets du vent et des montées. Bien qu’équipé d’un moteur, le vélo à assistance électrique ne supprime pas l’action du cycliste puisque celui-ci se déclenche uniquement lorsque les pédales sont actionnées. Le vélo électrique reste donc bénéfique pour la santé, comme toutes les activités physiques.

  L’État se mobilise pour accompagner les citoyens et les collectivités dans ce changement de mode de transport

L’objectif visé par l’État est de tripler la part du vélo dans les déplacements des Français, pour atteindre 9 % d’ici 2024.

Pour cela, différentes démarches sont engagées au niveau national et local pour :

Cette dynamique a encore été renforcée dans le cadre du déconfinement puis à travers le plan de relance avec un abondement de 200 M€ en deux ans au plan vélo et de nouveaux dispositifs mis en place en particulier :

  • le coup de pouce vélo : permet la prise en charge jusqu’à 50 € pour la réparation, accompagnement à l’usage du vélo, formation remise en selle, prise en charge de 60 % des coûts d’installation de stationnement temporaire (jusqu’au 31/12/2020)
    https://www.coupdepoucevelo.fr/auth/home
  • le soutien au développement de la mise en place de pistes cyclables temporaires par les collectivités à travers notamment des simplifications réglementaires, un soutien technique et financier
    https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/2020.09.14_DP_Plan_Velo.pdf
Une attention particulière à porter pour les territoires ruraux et périurbains

En dehors de la période de confinement, la fréquentation des pistes cyclables au cours des huit premiers mois de l’année a bondi d’environ 29 % en France par rapport à la même période de 2019. La progression, notable en début d’année, s’est fortement accentuée à la fin du confinement en milieu urbain (+33%). Une augmentation est également sensible mais plus limitée en zone rurale (+ 16 %) et en zone périurbaine (+ 17 %) (source Le Monde). Le plan de relance vise à porter une attention particulière à ces territoires qui ne disposent pas à ce jour de réseaux suffisamment maillés et continus, ce qui renforce la fracture territoriale en matière d’accès aux alternatives à la voiture. Avec le développement de vélos de plus en plus performants (dont les vélos électriques qui permettent d’allonger les distances), la disponibilité d’un réseau cyclable suffisamment dense est une condition première au développement de cette pratique.

(source MTE)

1000000000000580000002ed4868b67258107d09-3.jpg

Après une augmentation de 3 400 km en 2018 et 5 100 km en 2019, 3 792 km supplémentaires ont déjà été aménagés au mois d’août 2020 malgré la période de crise sanitaire.

  • en 2017 : 54 400 km de pistes aménagées
  • en 2018 : 57 800 km …
  • en 2019 : 62 900 km …
  • au mois d’août 2020 : 66 692 km …

  Appel à projets « continuités cyclables »

Le Ministère de la Transition écologique a lancé en 2019 et pour 7 ans un appel à projets « continuités cyclables », doté de 350 M€. En Bretagne, 6 collectivités ont été lauréates en 2019 (pour 8 projets) pour 650 k€ de subvention, 14 lauréates pour en 2020 pour 2,7 M€ de subvention.

Cartographie des lauréats de l'appel à projets Fonds mobilités actives

Quelques exemples de projets :

  • trois projets de pistes cyclables à Séné (56) subventionnés en 2019 ;
  • aménagement d’une ancienne voie ferrée en voie cyclable par le département du Finistère à Quimper (2020),
  • création par Roche aux fées Communauté d’une liaison cyclable entre Retiers et Le Theil-de-Bretagne (2020),
  • création par Lannion-Trégor Communauté d’un ouvrage de franchissement du Légué mixte véhicules/vélos (2020).
Piste cyclable entre Retiers et Le Theil-de-Bretagne : aménagement projeté

  Vous voulez développer l’usage du vélo….

Sur votre territoire en tant qu’élu ou technicien d’une collectivité bretonne ?

Voici des premières pistes pour vous lancer :

France Mobilités et ses cellules régionales

Une communauté ouverte à tous les acteurs de la mobilité : entreprises de transport, start-ups, collectivités locales, incubateurs, fonds d’investissements, organismes de formation, associations … Dans une démarche de co-construction, tous sont appelés à participer à la création d’un environnement propice au développement de nouvelles mobilités, pour les voyageurs et les marchandises, en proposant des solutions concrètes et opérationnelles qui répondent aux besoins des porteurs de projets. La démarche France Mobilités s’inscrit en complément opérationnel de la Loi d’Orientation des Mobilités, qui vise à moderniser le cadre législatif de la mobilité, et s’ancre dans les actions en faveur de l’innovation portées par le Gouvernement. Elle participe à la promotion de l’innovation française portée par de nombreux acteurs institutionnels et s’appuie sur les démarches existantes (French Tech, France expérimentation Plan d’investissement d’avenir…) au bénéfice de ses membres.

Les cellules régionales ont pour mission de :

  • Animer l’écosystème des acteurs régionaux de la mobilité innovante
  • Aider la réalisation des projets
  • Capitaliser et recenser les initiatives intéressantes.

Dans votre quotidien en tant que citoyen ?

10000000000003e60000024659a82e3a21fa7798-3.png

Les Français disposent chez eux de 35.7 millions de vélos.
25 % sont "inutilisés" !


Voici de premières pistes pour vous lancer :