Logo préfècture région
dreal   Bretagne
Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

ECLN - Commercialisation des Logements Neufs - Les résultats détaillés du 1er trimestre 2018

publié le 4 juin 2018 (modifié le 20 juin 2018)

Au 1er trimestre 2018, recul des ventes et hausse des mises en vente et des stocks.

Sur un an, les ventes diminuent très légèrement de 2 %


Au 1er trimestre 2018, 1 166 logements neufs ont été vendus soit une baisse de 28 % par rapport au trimestre précédent.
Dans le même temps, 1 330 nouveaux logements ont été offerts à la vente, soit une augmentation de 11 %.
L’encours de logements proposés à la vente augmente de 3 % par rapport à fin décembre 2017 pour se situer à 5 486 unités à la fin du mois de mars.

Sur un an, les ventes diminuent très légèrement de 2 %. Cette baisse porte aussi bien sur l’ensemble des logements collectifs que sur les programmes de cinq logements individuels ou plus.
Les mises en vente baissent de 12 %. Le nombre de réservations sensiblement égal au nombre de mises en vente entraîne une stabilité des stocks.

Le Collectif

Évolution des ventes et mises en vente

Répartition des stocks, mises en vente et ventes

Ventes par nombre de pièces

Le marché des logements collectifs dans les départements bretons

Prix moyen sur 12 mois en légère baisse

Au 1er trimestre 2018, le prix moyen d’un appartement s’établit à 3 282 euros par m².

Sur une période de douze mois, les prix diminuent en moyenne de 1,7 % à 3 259 €/m² ; cette baisse est de : - 6,3 % pour les T1 à 4 160 €/m² ; - 1,8 % pour les T2 à 3 323 €/m² et - 5,8 % pour les T5+ à 3 659 €/m². A l’inverse, les prix augmentent de 0,3 % pour les T3 à 3 094 €/m² et de 0,5 % pour les T4 à 3 249 €/m².

Sur la même période, par département, la baisse est de 0,4 % dans les Côtes d’Armor à 2 879 €/m², de 1,0 % en Ille-et-Vilaine à 3 359 €/m² et de 3,9 % dans le Morbihan à 3 147 €/m². En revanche, le prix des appartements augmente dans le Finistère de 4,2 % à 3 046 €/m².

Prix et surfaces moyens des logements collectifs
moyenne sur la période 2017T2 à 2018T1

Zoom sur les territoires les plus actifs
Évolution sur les 12 derniers mois par rapport aux 12 mois précédents
(2017T2 à 2018T1) et (2016T2 à 2017T1)

Ventes :
Il existe d’importantes disparités dans les évolutions des ventes en Bretagne :
Les ventes sont en baisse dans la CC Côte d’Émeraude (- 56 %), la CA Lorient Agglomération (- 30 %), Rennes Métropole (- 15 %), la CA du Pays de Saint-Malo (- 11 %) et la CC Auray Quiberon Terre Atlantique(- 10 %).
Elles sont en hausse dans Brest Métropole (+ 25 %), la CA Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération (+ 54 %), la CA Quimper Bretagne Occidentale (+ 74 %) et la CA Saint-Brieuc Armor Agglomération (+ 115 %).

Prix :
De même, les évolutions des prix en Bretagne sont très différentes par territoire :
– croissance des prix de 4 % dans Brest Métropole (2 964 €/m²) et dans la CA Saint-Brieuc Armor Agglomération (2 462 €/m²), et de 12 % dans la CA du Pays de Saint-Malo ( 3 457 €/m²) ;
– baisse des prix de 2 % dans Rennes Métropole (3 392 €/m²) ; de 3 % dans la CA Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération (3 239 €/m²), la CA Quimper Bretagne Occidentale (2 863 €/m²) et la CC Auray Quiberon Terre Atlantique (3 014 €/m²) ; de 10 % dans la CC Côte d’Émeraude (3 220 €/m²) et de 12 % dans Lorient Agglomération (2 895€/m²).

Le prix moyen le plus bas est situé dans la CA Saint-Brieuc Armor Agglomération et le plus élevé dans la CA du Pays de Saint-Malo.

Carte des EPCI bretons les plus actifs

L’individuel groupé

Des volumes très faibles
Au 1er trimestre 2018, 71 maisons ont été réservées en Bretagne. Ce qui représente une baisse de 8 % des ventes par rapport au trimestre précédent. Les mises en vente de nouveaux logements augmentent de 80 % à 63 unités.
Le stock de maisons est en baisse de 11 % par rapport au trimestre précédent.

Prix moyen en hausse
Sur une période de douze mois, à 225 593 euros, le prix moyen d’une maison vendue augmente de 8 %. Les variations de prix moyen d’un trimestre à l’autre ne sont pas vraiment significatives du fait du nombre très faible de ventes.

Source : ECLN détail, Dreal Bretagne d’après SDES