Logo préfècture région
dreal   Bretagne
Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Réseau de référence DCE campagne 2007

publié le 20 juillet 2010 (modifié le 21 juillet 2010)

La Directive Cadre Européenne sur l’Eau - Le contexte

La Directive Cadre sur l’Eau (DCE), dont l’objectif principal est le bon état des eaux à l’horizon 2015, prévoit une évaluation de l’état écologique en prenant en compte l’écart à la référence par type de masse d’eau. La valeur de référence correspond à la valeur d’un indice attendu en situation naturelle soit en l’absence de perturbations anthropiques.

Pour évaluer le "bon état", la DCE prend en compte l’état chimique et l’état écologique. L’évaluation de l’état écologique donnant une part prépondérante à la biologie, un premier travail a consisté à adapter les méthodes afin d’établir ensuite les valeurs de référence d’éléments de qualité biologique (invertébrés et diatomées, faune, flore) par type de masse d’eau La méthodologie établie pour l’indice poisson évalue déjà un peuplement par rapport à une référence.

Des acquisitions de données étant nécessaires pour parfaire les outils d’évaluation, de nouveaux indicateurs biologiques ont donc été intégrés dans les suivis du RNB, dès 2005, il s’agit :

- de l’indice biologique macrophytique en rivière (IBMR) qui permet une évaluation de la qualité du cours d’eau à partir d’un inventaire des végétaux aquatiques,

- de l’indice biologique global adapté (IBGA) qui permet d’adapter aux grands cours d’eau le protocole IBGN basé sur les invertébrés benthiques.

Données du réseau de référence de la Campagne 2007

Carte de réseau de référence breton en grand format (nouvelle fenêtre)
Carte de réseau de référence breton

Un réseau de sites de référence "cours d’eau" a été constitué au niveau national pour collecter des données par type de masse d’eau et préciser les critères de référence. 19 de ces sites concernent les cours d’eau bretons. Sur ces sites, des prélèvements physicochimiques et des inventaires biologiques (macro-invertébrés, macrophytes, diatomées, poissons) ont été réalisés en 2005, 2006 et 2007.


Vous pouvez consulter la Carte du réseau de référence "cours d’eau" breton (format pdf - 633.7 ko - 20/07/2010) .

Pour les macro-invertébrés un nouveau protocole national a été construit pour établir les listes faunistiques de référence. Par rapport à la méthode IBGN, les améliorations portent :

  • sur le protocole de terrain : 12 prélèvements au lieu de 8 sont réalisés pour être représentatifs des habitats en nature et surface et répondre aux exigences de la DCE. Ce sont des listes de taxons déterminés au genre (plus exigeant que l’IBGN où la détermination se fait au niveau de la famille),
  • sur le protocole de laboratoire : le protocole retenu est comptatible avec l’IBGN pour garantir la continuité du suivi. Ce protocole permet de recalculer un IBGN "théorique" (8 prélèvements/12 sont sélectionnés) afin de conserver les chroniques de données IGBN existantes et de diffuser les résultats sous la même forme.

Résultats campagne 2007 (printemps et automne pour les invertébrés) (format xls - 21.5 ko - 20/07/2010)

En 2007, les indices biologiques sont globalement classés en "bonne et très bonne qualité" exceptés :

- l’Aff à Paimpont en indice poissons (tête de bassin versant, habitats peu variés…),

- l’Elorn à Plouedern, le Douron et l’Aulne à Locmaria en indice macrophytes : niveau trophique élevé à modéré,

- l’Elorn à Plouedern et le Lan Scalou en indice diatomées : niveau trophique modéré pour l’Elorn, mais bonne qualité du milieu pour le Lan Scalou, malgré l’indice IBD assez faible, l’espèce dominante n’étant pas prise en compte dans la norme de 2000,

- le Chevré en indice diatomées et macrophytes : niveau trophique élevé

Synthèse 2005-2006-2007 (format xls - 57 ko - 20/07/2010)

Sur les trois années de suivi des indicateurs biologiques, les cours d’eau qui présentent les meilleurs indices sont l’Aff amont (hors poissons), l’Elorn amont, le ruisseau du Duc, la Mignonne, le Jet, le Langelin, l’Isole et la Sarre.

Les indices les plus déclassants sont les diatomées et les macrophytes. Ils révèlent des niveaux trophiques élevés à modérés pour 12 cours d’eau, sur 19 étudiés.

Les indices invertébrés et poissons, globalement excellents révèlent une qualité de l’eau moyenne à très bonne, mais surtout une très bonne qualité et variété des habitats.

Le Chevré ressort comme n’étant pas une référence (déclassé par 3 indicateurs sur 4).