Logo préfècture région
dreal   Bretagne
Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

La méthode IBGN et la nouvelle méthode DCE

publié le 20 juillet 2010 (modifié le 21 juillet 2010)

La méthode de l’Indice Biologique Global Normalisé

(IBGN-NF T90-350 de mars 2004) est basée sur l’étude du peuplement des macroinvertébrés. Le prélèvement s’effectue en période d’étiage (juin à octobre pour la région Bretagne).

PrélèvementL’IBGN est fonction :

- du groupe faunistique indicateur représentant le groupe repère de l’organisme selon sa sensibilité globale à la pollution (groupe indicateur 0 = pas polluosensibles, groupe indicateur 9 = très polluo-sensibles) . Ainsi, la présence de familles du groupe indicateur 9 révèle une eau de très bonne qualité et leur absence indique une altération de la qualité de l’eau ou des habitats peu diversifiés voir dégradés,
- de la diversité du peuplement, c’est-à-dire du nombre de Taxon : Le taxon est une unité quelconque des classifications hiérarchiques des êtres vivants : genre, famille, espèce, sous-espèce, etc…différents récoltés dans un cours d’eau. Pour la norme IBGN, un est en général un organisme représentant une famille, il y a au total 142 taxons.

L’IBGN : une note de 0 à 20/20

Prélèvement Pour une station, l’échantillon de Faune benthique : Ensemble de la faune d’invertébrés vivant sur ou dans le fond d’un lac ou d’une rivière. est constitué de 8 prélèvements de 1/20 m2 effectués séparément sur 8 Habitats : Couple substrat : sable, pierre, vase…vitesse de l’eau.distincts, du plus Biogène : Qui engendre ou permet le développement de la vie. au moins biogène. Ces prélèvements sont réalisés à l’aide d’un échantillonneur ou filet de type "Surber". La base du Surber est posée sur le fond du lit de façon à encadrer l’habitat à échantillonner, l’ouverture du filet est face au courant. Le support est "nettoyé" à la main. Les substrats meubles seront échantillonnés sur une épaisseur de quelques centimètres

La méthode IBGN permet donc d’attribuer une note, qui repose sur le groupe indicateur et la diversité mais permet aussi d’établir une liste faunistique, c’est-à-dire la liste de tous les taxons recensés avec leur dénombrement.

Exemple de liste faunistique (format pdf - 46.4 ko - 20/07/2010)

Cette méthode n’est cependant pas applicable aux zones estuariennes et aux grands cours d’eau (profondeur trop importante, habitats non visibles).

La nouvelle méthode DCE

La nouvelle méthode DCE (Note méthodologique de 2007 du Cemagref de Lyon et de l’Université de Metz - Projet de normalisation en cours) répond à 3 objectifs :

1 - Donner une image représentative du peuplement d’invertébrés d’une station en séparant les habitats marginaux des habitats dominants.

2 - Permettre le développement et la mise en œuvre d’un nouvel indice multi-métrique d’évaluation de l’état écologique à partir des invertébrés pour les réseaux de surveillance, qui soit conforme aux exigences de la DCE, et ce, en meilleure cohérence avec les différentes méthodes utilisées au niveau européen (prélèvements effectués au prorata des surfaces de recouvrement des différents habitats, détermination plus poussée, au-delà de la Famille).

Extrait de l’annexe V Directive 2000/CE du 23 octobre 2000

Elément Très bon état Bon état Etat moyen
Faune benthique invertébrée La composition et l’abondance taxinomiques correspondent totalement ou presque totalement aux conditions non perturbées.

Le ratio des taxa sensibles aux perturbations par rapport aux taxa insensibles n’indique aucune détérioration par rapport aux niveaux non perturbés.

Le niveau de diversité des taxa d’invertébrés n’indique aucune détérioration par rapport aux niveaux non perturbés.
Légères modifications dans la composition et l’abondance des taxa d’invertébrés par rapport aux communautés caractéristiques.

Le ratio des taxa sensibles aux perturbations par rapport aux taxa insensibles indique une légère détérioration par rapport aux niveaux non perturbés.

Le niveau de diversité des taxa d’invertébrés indique de légères détériorations par rapport aux niveaux non perturbés.
La composition et l’abondance des taxa d’invertébrés différent modérément de celles des communautés caractéristiques.

D’importants groupes taxinomiques de la communauté caractéristique font défaut.

Le ratio des taxa sensibles aux perturbations par rapport aux taxa insensibles et le niveau de diversité des taxa d’invertébrés sont sensiblement inférieurs au niveau caractéristique et nettement inférieurs à ceux du bon état.

3 - Permettre néanmoins le calcul de la note IBGN, qui restera la méthode officielle d’évaluation de l’état écologique pendantune période transitoire, jusqu’à l’adoption du nouvel indice. Le calcul de la note IBGN "théorique" permet ainsi la continuité des chroniques de données depuis 1992. Ce calcul est effectué à partir de 8 prélèvements unitaires/12 (habitats marginaux = 4 + habitants dominants par ordre d’habitabilité = 4).