Logo préfècture région
dreal   Bretagne
Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Point sur la situation hydrologique en Bretagne au début du mois de février 2012

publié le 15 février 2012 (modifié le 11 juillet 2012)

Pluviométrie

Dans la continuité de décembre, les premiers jours de l’année sont pluvieux, mais les pluies cessent rapidement pour ne reprendre qu’autour du 20 et de manière disparate.
Les cumuls mensuels représentent plus de 50 mm sur la moitié occidentale de la Bretagne, et de 30 à 50 mm sur la partie orientale. Le déficit de janvier sépare également la Bretagne en deux, la moitié sud observe un déficit supérieur à 50 %, pour la moitié nord, c’est moins de 50 % de "manque".

  (nouvelle fenetre)

Le déficit depuis le mois de septembre est de 10 à 25 % sur les 2/3 ouest Bretagne et le nord de l’Ille et Vilaine, mais il représente de 25 à 50 % du bassin de Rennes au golfe du Morbihan.
  (nouvelle fenetre)

Les précipitations efficaces de janvier sont supérieures à 25 mm sur le tiers nord-ouest de la région, voire plus de 50 mm sur les hauteurs de la pointe Bretagne ; ailleurs c’est moins de 25 mm.
Les cumuls de puis septembre vont de plus de 200 mm sur les 2/3 ouest Bretagne et la Côte d’Emeraude, voire plus de 400 mm sur la Cornouaille et Monts d’Arrée, de 100 à 200 mm ailleurs.
  (nouvelle fenetre)

Source : Météo-France

Débits des cours d’eau

Le répit apporté par les pluies de décembre s’estompe : les débits sont de nouveau partout déficitaires, et les deux tiers des stations utilisées pour ce bulletin présentent des hydraulicités inférieures à 60 %).
graphique_hydraulicite (format pdf - 5.9 ko - 15/06/2012)

Les déficits les plus marqués concernent les tributaires de la baie de St Brieuc et l’ensemble du bassin de la Vilaine : sans surprise, ce sont les zones qui ont le moins bénéficié des précipitations de décembre.
  (nouvelle fenetre)
Sur ces zones, les valeurs de débit se situent aux alentours des références décennales sèches pour un mois de janvier ; l’ouest de la région, ainsi que le bassin du Couesnon, se situent dans des gammes de valeur plus habituelles (entre médianes et quinquennales sèches), signant ainsi un déficit modéré. Les cours d’eau du Léon sont proches des valeurs médianes.
  (nouvelle fenetre)

Les valeurs minimales des débits sont majoritairement relevées au début de la 3° décade. Elles donnent lieu sensiblement aux mêmes commentaires que pour les moyennes mensuelles.
  (nouvelle fenetre)

Au milieu de la période hivernale, le bilan des précipitations depuis septembre – celles qui participent à la recharge des nappes et au débit des cours d’eau – est médiocre, puisque seul un épisode important en décembre y a contribué significativement : cet état de fait conduit à un retard notable de la reconstitution des débits.

Source : DREAL Bretagne

Piézométrie

Texte complet, graphiques et carte consultables sous :
http://www.eaubretagne.fr/Media/Documentation/Bibliographies/Le-reseau-piezometrique-de-Bretagne
ou
http://cartographie.bretagne-environnement.org/index.php/cartographie (menu : eau / eaux souterraines / Réseau piézométrique)
Bilans nationaux de la situation hydrologique et des mesures de restriction disponibles sous
http://www.eaufrance.fr/docs/bsh/2011/07/
et
http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp