Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature, paysages, eau et biodiversité

Point sur la situation hydrologique en Bretagne au début du mois de mars 2012

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 mars 2012 (modifié le 11 juillet 2012)

Pluviométrie

Février est marqué par des conditions fortement anticycloniques et un temps très froid. Les précipitations, sous forme de neige, sur l’est Bretagne, ou de pluie sur l’ouest, se situent nettement en dessous des valeurs normales : moins de 20 mm à l’est d’une ligne Vannes-Dinan, c’est un déficit de l’ordre de 75 %, plus de 20 mm à l’ouest de la ligne précitée, et localement 30 à 50 sur le nord Finistère, c’est également fortement déficitaire, d’un peu plus de 75 % sur le sud, légèrement moins sur la partie nord.

  (nouvelle fenetre)

La zone de déficit de 25 à 50 % s ‘étend et occupe désormais 4/5 de la Bretagne, seul le littoral, de la pointe de Penmarc’h à la baie du Mont St Michel, est épargné et affiche un déficit inférieur à 50 %.
  (nouvelle fenetre)

Le cumul des précipitations efficaces depuis septembre représente plus de 200 mm sur les 3/5 ouest Bretagne et la Côte d’Emeraude (voire plus de 400 mm sur la Cornouaille et Monts d’Arrée), de 100 à 200 mm partout ailleurs.
  (nouvelle fenetre)

Source : Météo-France

Débits des cours d’eau

Le mois écoulé voit une aggravation sensible de la situation déficitaire déjà notée fin janvier : tous les cours d’eau présentent des débits nettement inférieurs à la moyenne interannuelle de février (4/5 des stations utilisées pour ce bulletin ont des hydraulicités inférieures à 40 %)
graphique_hydraulicite (format pdf - 6 ko - 15/06/2012)

Les valeurs des débits moyens mensuels sont souvent proches de celles observées lors de précédents hivers secs mémorables (1975-76, 1988-89, 1991-92), et quelques records de faiblesse des débits sont battus ce mois-ci sur différents bassins, assez largement répartis sur la région. Ces débits témoignent d’une large "avance" sur le tarissement habituel des cours d’eau, de l’ordre de 2 à 3 mois.
  (nouvelle fenetre)
Ces valeurs de débit se situent en dessous des références décennales sèches pour un mois de février sur la majeure partie de la région, et plus localement voisines des vicennales sèches (alentours de St Brieuc et Morlaix, Cornouaille, bassin de l’Oust, partie médiane du bassin de la Vilaine).
Les cours d’eau du Léon et du nord de l’Ille et Vilaine se situent entre les quinquennales et les décennales sèches.

  (nouvelle fenetre)

Les valeurs minimales des débits sont relevées presque systématiquement à la fin du mois (tarissement lié au manque de précipitations). Elles s’établissent à des niveaux légèrement moins défavorables que les valeurs de débit moyen mensuel, mais pointent les mêmes zones déficitaires : Morlaix, centre Côtes d’Armor, bassin de l’Aven et de la Laïta.
  (nouvelle fenetre)

La situation de déficit amorcée depuis le début de l’année se poursuit et s’aggrave, faisant poindre le risque d’une médiocre recharge des ressources en eau déjà pénalisées par une sécheresse tardive marquée à l’automne 2011.

Source : DREAL Bretagne

Piézométrie

Texte complet, graphiques et carte consultables sous :
http://www.eaubretagne.fr/Media/Documentation/Bibliographies/Le-reseau-piezometrique-de-Bretagne
ou
http://cartographie.bretagne-environnement.org/index.php/cartographie (menu : eau / eaux souterraines / Réseau piézométrique)
Bilans nationaux de la situation hydrologique et des mesures de restriction disponibles sous
http://www.eaufrance.fr/docs/bsh/2011/07/
et
http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp


Télécharger :