Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature, paysages, eau et biodiversité

Point sur la situation hydrologique en Bretagne au début du mois d’aout 2011

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 27 septembre 2011

Pluviométrie

Les cumuls du mois représentent de 30 à 50 mm sur une bonne partie de la région et cette hauteur constitue un léger excédent, 10 à 15 %, mais le nord de l’Ille et Vilaine et un grand centre-ouest Bretagne recueillent plus de 50 mm, voire plus de 75 mm pour le pays de Fougères, soit un excédent de 10 à 50 %. Notons que le pays de Ploërmel et le nord Finistère sont nettement déficitaires, 25 à 50 %.
Ces précipitations ont été recueillies pour l’essentiel entre le 5 et le 24 juillet, le début du mois et la dernière semaine étant au contraire plutôt secs.
  (nouvelle fenetre)

Le cumul des précipitations depuis septembre fait apparaître une situation globalement normale sur la moitié sud Morbihan et le bord de Manche, mais déficitaire au-delà de 10 % partout ailleurs ; c’est sensiblement le même constat que celui établi fin juin.
  (nouvelle fenetre)

Le bilan hydrique potentiel est légèrement positif au nord d’une ligne Rennes-St Brieuc (0 à + 25 mm), et faiblement négatif partout ailleurs sur la région (0 à - 25 mm).
Le bilan des pluies efficaces cumulées depuis septembre est là encore très comparable à celui qui prévalait fin juin : les pluies efficaces représentent de 400 à 500 mm sur une moitié sud-ouest de la Bretagne, avec un dégradé vers le nord-ouest, l’Ille et Vilaine ne comptabilisant que 100 à 200 mm.
  (nouvelle fenetre)

Source : Météo-France

Débits des cours d’eau

En dépit d’une pluviométrie un peu plus favorable que les mois précédents, l’écoulement des cours d’eau reste nettement déficitaire : les 9/10° des cours d’eau dont les résultats sont utilisés dans le présent bulletin présentent un débit moyen mensuel inférieur à 60 % de la moyenne interannuelle de juillet, situation à peine plus favorable qu’à l’issue du mois de juin.
  (nouvelle fenetre)

Les valeurs les plus faibles sont sans surprise enregistrées dans l’est de la région ("zone à débit d’étiage habituellement faible" des cartes ci-dessous) ; ce sont notamment les petits cours d’eau qui présentent les hydraulicités les plus faibles.
graphique hydraulicite (format pdf - 6.4 ko - 27/09/2011)
Quelques records sont encore enregistrés ce mois-ci, mais moins nombreux et plus sporadiques qu’en juin ; en règle générale, ils correspondent à des stations de mesure relativement récentes, "qui n’ont pas vu" les étiages 1976 ou même 1989.
En dépit d’une relative amélioration par rapport à juin, il subsiste un grand nombre de secteurs où les débits sont de l’ordre des références au moins décennales sèches ; les déficits les plus notables sont observés sur le Goëlo, le Trégor finistérien et la Cornouaille. De façon assez générale, la sécheresse est plus marquée sur l’amont des cours d’eau, et sa sévérité diminue vers l’aval.
L’est de la région s’en tire mieux : de l’ordre des quinquennales sèches sur le bassin du Couesnon, voire un peu plus favorables sur le bassin de la Vilaine hors Oust.
Les valeurs du mois de juillet sont d’ores et déjà inférieures au "QMNA quinquennal sec" (indicateur règlementaire d’étiage, qui est plutôt une valeur relevée au mois de septembre) sur plusieurs grandes zones : tout le versant "Manche" entre Morlaix et St Brieuc, les secteurs amont du bassin de l’Aulne, l’essentiel de la Cornouaille.
  (nouvelle fenetre)

Les valeurs minimales des débits sont enregistrées en fin de période ; l’analyse de ces débits de base suggère les mêmes commentaires que pour les moyennes mensuelles.
  (nouvelle fenetre)

L’amélioration de la situation est sensible sur l’Ille et Vilaine et l’est du Morbihan, mais la sécheresse persiste sur le reste de la région
Les débits sont inférieurs à la valeur du 1/10° du module partout à l’est d’une ligne Vannes-St Brieuc (sauf soutien d’étiage) ainsi que sur les bassins de l’Aulne et de l’Odet (ce qui correspond aux zones disposant des ressources souterraines les plus maigres).

Source : DREAL Bretagne

Piézométrie

(extraits du bulletin établi par le BRGM)
(…) la moitié des nappes de Bretagne présente un niveau stable (51 % des piézomètres du réseau). Cette stabilité est liée aux pluies du 15 au 20 juillet qui ont atténué temporairement la baisse estivale (…))
(…) plusieurs niveaux de nappe en baisse, répartis sur les quatre départements bretons. Cette baisse est observée dans les endroits où il n’y a pas (ou peu) de pluie efficace (…)
(…) l’état de remplissage des aquifères à fin juillet est assez (86 % des piézomètres) inférieur à la moyenne saisonnière (…) Ces niveaux sont liés à la faible recharge des nappes en raison du déficit de pluie observé depuis 8 mois (…)
(…) des niveaux de nappe proches de la moyenne saisonnière sont présents (12 % des stations) surtout dans le Morbihan. C’est dans ce département que les pluies efficaces ont été les plus proches de la "normale" d’octobre 2010 à juillet 2011 (…)
Texte complet, graphiques et carte consultables sous :
http://www.eaubretagne.fr/Media/Documentation/Bibliographies/Le-reseau-piezometrique-de-Bretagne
ou
http://cartographie.bretagne-environnement.org/index.php/cartographie (menu : eau / eaux souterraines / Réseau piézométrique)

Source : BRGM

Mesures réglementaires

Ille et Vilaine : 1° niveau d’alerte depuis le 25/05/2011 ; au cours du mois de juillet, les mesures de restriction ont été renforcées sur la bassin de la Chère (niveau 2, arrêté du 18/07/2011), avant de revenir au niveau 1 (arrêté du 28/07/2011)
Morbihan : des mesures générales de restriction sont en application sur tout le département depuis le 01/06/2011
Finistère : les mesures de restriction déjà applicables dans le sud du département depuis le 08/06/2011 ont été étendues à l’essentiel du territoire (arrêté du 13/07/2011) ; seule une partie du Bas Léon n’est pas concernée
_
Côtes d’Armor : pas de mesures de restriction


Télécharger :