Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Climat, énergie, aménagement, logement

L’état de la qualité de l’air en Bretagne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 septembre 2015 (modifié le 13 septembre 2018)

Malgré une exposition favorable aux vents d’ouest et l’absence de sites industriels fortement émetteurs de polluants, la Bretagne ne bénéficie pas d’un air exempt de toute pollution ou d’un air plus sain que dans des régions analogues.

Deux polluants dépassent ou sont proches des valeurs limites réglementaires, principalement dans les grandes agglomérations bretonnes : ce sont le dioxyde d’azote (NO2) et les particules fines (PM10).

D’autres types de pollution font également l’objet d’une attention particulière en Bretagne, comme, par exemple, la présence dans l’air de composés issus des produits phyto-sanitaires ou, plus localement, le sulfure d’hydrogène (H2S).

D’où vient la pollution ?

Au titre de ses missions réglementaires, Air Breizh procède périodiquement à un recensement des émissions polluantes sur toute la Bretagne. Cela permet d’estimer, pour un territoire donné et pour chaque polluant quelles ont été les quantités émises et par quel secteur d’activité.

A l’échelle de la Bretagne et pour 2010, les résultats sont les suivants :

On constate la prédominance du transport routier dans les émissions de dioxyde d’azote (NO2) ainsi que celle des activités agricoles en ce qui concerne les particules fines (PM10) et l’ammoniac (NH3).

Quelles sont les zones les plus exposées ?

D’une manière générale, les zones les plus exposées sont celles les plus proches des sources de pollution. Ainsi, la qualité de l’air ambiant des grandes agglomérations, où de nombreuses activités se concentrent et où les conditions de dispersion des polluants sont défavorables, est souvent plus dégradée que dans le reste de la région. De même, des niveaux élevés en polluants peuvent être observés aux abords immédiats des grandes voies de circulation.

Pollution au dioxyde d’azote

Dans le cadre des travaux de diagnostic pour l’élaboration du Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie, Air Breizh a recensé, sur la base d’une méthodologie nationale, les zones de surémission de polluant, appelées zones sensibles pour la qualité de l’air.

Cet outil, qui présente des limites dans sa construction, permet une information sur la problématique de la qualité de l’air et d’attirer l’attention en vue d’engager des études plus fines.

Pollution par les particules fines PM10

Les valeurs moyennes annuelles en particules respectent les valeurs limites sur toute la Bretagne. Toutefois, la région est régulièrement exposée à des pics de pollution, notamment à la sortie de l’hiver.

Articles complémentaires

À consulter