Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature, paysages, eau et biodiversité

Consultation sur les opérations de lutte contre l’Erismature rousse (Oxyura jamaicensis) dans les départements du Finistère, de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 novembre 2018

L’Erismature rousse est une espèce exotique envahissante inscrite au titre de l’article L.411-6 du code de l’environnement, en application du règlement UE n°1143/2014 du parlement européen et du conseil du 22 octobre 2014 relatif à la prévention et à la gestion de l’introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes.

En conséquence, sont interdits l’introduction sur le territoire national, y compris le transit sous surveillance douanière, la détention, le transport, le colportage, l’utilisation, l’échange, la mise en vente, la vente ou l’achat de tout spécimen vivant de cette espèce.

La problématique majeure est la conservation d’une espèce indigène, l’Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala). Des phénomènes de compétition et d’hybridation s’instaurent entre les deux espèces.

Des actions de lutte contre l’Erismature rousse ont commencé en France en 1996, pilotées par l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). En 2015, un plan national de lutte (2015-2025) a été validé par le Conseil national de protection de la nature. Un projet "LIFE biodiversité" est également porté par l’ONCFS et la société nationale pour la protection de la nature (SNPN).

En période hivernale, le principal point de ralliement des érismatures rousses est le lac de Grand Lieu situé en Loire-Atlantique. De façon plus dispersée, les animaux se trouvent sur des étangs situés dans les départements voisins.

En application des articles R.411-46 et R.411-47 du code de l’environnement, l’autorité publique peut procéder à des opérations de lutte visant à l’éradication ou au contrôle des populations d’espèces exotiques envahissantes. La compétence revient au préfet de département.

Le préfet précise par arrêté les conditions de réalisation des opérations, en particulier :

  • la période pendant laquelle elles sont menées ;
  • les territoires concernés ;
  • l’identité et la qualité des personnes y participant ;
  • les modalités techniques employées ;
  • la destination des spécimens capturés ou prélevés.

L’ONCFS a établi, sur la base des connaissances existantes, un niveau de priorité d’intervention par département. Au regard de ce classement, des arrêtés pour des opérations de lutte sont proposés, en Bretagne, pour les départements du Finistère, de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

Ces arrêtés ont fait l’objet d’un avis favorable du conseil scientifique régional du patrimoine naturel, en date du 23 octobre 2018.

Conformément à l’article L.120-1 du code de l’environnement, les projets d’arrêtés sont soumis à une procédure de consultation du public.

La consultation du public se tient du 15 décembre au 31 décembre 2018.

Les observations peuvent être adressées :

  • soit par courriel adressé à :
    spn.dreal-bretagne@developpement-durable.gouv.fr
  • soit par courrier postal adressé au :
    service du patrimoine naturel de la DREAL Bretagne – 10, rue Maurice Fabre – CS96515 – 35065 RENNES Cedex.

Documents à consulter :