Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature, paysages, eau et biodiversité

Bilan 2012

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 décembre 2013 (modifié le 27 février 2015)

L’année 2012 se caractérise par un hiver sec et un printemps pluvieux. Les rivières présentaient en mars, des débits très bas, cette tendance inquiétante a été inversée par les pluies d’avril. Globalement, cette année 2012 figure dans la moyenne en terme d’écoulement.

Les travaux et études de protection et de prévention contre les inondations se sont poursuivis. Le bilan 2012 fait état des travaux relatifs aux atlas des zones inondables, aux plans de prévention des risques. Pour la première fois dans le bilan de l’eau, une information est aussi donnée sur la directive européenne dite directive inondation.

Le flux d’azote ayant rejoint le littoral est estimé en 2012 à 54379 t . La moyenne des concentrations en nitrate a été de 25,4 mg/l. La baisse enregistrée en 2011 par rapport aux années précédentes (28, 29 et 26 mg/l respectivement en 2009, 2010 et 2011) est confirmée, sachant toutefois que l’année 2012 était atypique avec une fin d’hiver sèche.

Concernant le paramètre phosphore, après une dégradation en 2009, l’amélioration observée en 2010 et 2011 se maintient, permettant de retrouver une situation comparable à 2008.

La contamination des eaux de surface par les pesticides persiste. Des pics de pollution élevés ont été recensés. Le glyphosate et sa molécule de dégradation l’AMPA restent les pesticides les plus présents dans les eaux, et on note même une dégradation persistante des résultats par rapport à 2008 sur l’AMPA. Le diuron substance interdite depuis 2008 est toujours retrouvé dans les eaux.

Les indicateurs biologiques identifiés pour déterminer l’état des masses d’eau, en application de la directive cadre sur l’eau montrent une situation contrastée suivant les indicateurs d’une part et la répartition géographique d’autre part.

Les invertébrés témoignent sur l’ensemble de la région d’une situation très satisfaisante ; cependant, les diatomées, les végétaux aquatiques et les indices poissons font état d’une situation globalement moins bonne et d’une disparité entre l’ouest et l’est de la région où les résultats sont qualifiés de moyens à médiocres. Comme l’année précédente, le bilan 2012 développe particulièrement le volet biologie, compte tenu de l’importance de ces paramètres, dans la détermination du bon état des masses d’eau.

Après traitement de potabilisation, les eaux distribuées conservent, comme les années précédentes un bon niveau de qualité.

Pour les eaux littorales, on observe toujours une contamination bactérienne.

En 2012, les échouages d’algues vertes présentent un niveau cumulé sur la saison, le plus bas depuis 2002.

Les actions prévues dans le volet GP5 « Poursuivre la reconquête de la qualité de l’eau pour atteindre le bon état écologique des milieux aquatiques » du contrat de projet État-Région 2007-2013, ont été poursuivies par les différents acteurs locaux. Ces interventions doivent concourir à l’atteinte du bon état des eaux tel que prévu dans le SDAGE. Le bilan de l’eau dresse l’état d’avancement des SAGE et des contrats territoriaux, passés dans le cadre du Contrat de Projets État Région.


Télécharger :